Assurance auto alcoolémie

La duchesse de Cambridge vit ses derniers jours de grossesse dans le secret

La duchesse de Cambridge vit ses derniers jours de grossesse dans le secret

La duchesse de Cambridge vit ses derniers jours de grossesse dans le secret

La duchesse de Cambridge vit ses derniers jours de grossesse dans le secret

29/10/2013

Kate Middleton et le prince William défient toutes les prédictions concernant l’arrivée du future Royal Baby. Et pendant ce temps, ils se cachent. En effet, personne, pas même les médias, ne sait où ils se trouvent. Ils ont pour une fois une longueur d'avance sur les medias. Il se peut que le couple ait quitté la propriété familiale des Middleton, installée à Bucklebury, dans le Berkshire. On ignore s’ils ont regagné Nottingham Cottage, leur domicile du palais de Kensington. Tout ce qu’on sait c’est que la duchesse de Cambridge n'a toujours pas été admise à la maternité.

Les médias sont de plus en plus las et agacés. Il y a beaucoup de fausses alertes, elles ont augmenté au cours des derniers jours. Il y a eu plusieurs atterrissages-décollages d'hélicoptères repérés à proximité du palais de Kensington mais aucune d’entre elles ne signale le duc ou la duchesse. Hier, le 20 juillet, en fin de journée, l'apparition de deux sosies de Kate et William, escortés d'un faux garde du corps, à l'entrée de l’hôpital St. Mary's, a introduit le trouble ainsi que la confusion parmi la presse et les médias. En fait, il s’agissait d’une "farce", montée par le quotidien The Sun, et celle-ci a été inégalement appréciée par les journalistes présents ce jour-là.

Le prince aurait pris les vacances auxquelles il a droit en tant que pilote de la Royal Air Force afin de pouvoir rester aux côtés de sa femme. Une fois que le bébé sera né, il pourra pareillement poser un congé paternité de 2 semaines. La façon dont le couple gère l'attente de leur premier enfant est typique du couple : tout se fait sans étal ni vacarme, ce qui est bel et bien en rupture avec les générations précédentes – générations qui sans doute étaient moins libres d'imposer leurs propres règles. La révolution Kate et William s'annonce comme celle de la normalité, elle plaît aux Britanniques – dans un sondage récent, ceux-ci se disent "monarchistes" à plus de 77%. Les sujets d'Elizabeth II ont – aussi – l'intuition que discrétion et simplicité seront les règles numéro un dans l'éducation de bébé.

Adeline Grosrenaud

Demandez un rappel