Assurance auto alcoolémie

Philippe, nouveau roi des Belges dans un pays divisé

Philippe, nouveau roi des Belges dans un pays divisé

Philippe, nouveau roi des Belges dans un pays divisé

Philippe, nouveau roi des Belges dans un pays divisé

29/10/2013

Philippe, âgé de 53 ans, a prêté serment dimanche afin de devenir le 7ème roi des Belges, rendant hommage à son père Albert II, qui a abdiqué à 79 ans, après 20 ans de règne. Il a prêté serment au Palais de la nation dans les trois langues du pays.

"Je succède aujourd'hui à six autres rois dont mon père le roi Albert", a dit Philippe, dans les langues officielles du royaume - néerlandais, français et allemand - devant les deux chambres du parlement.

Habillé de son costume de lieutenant général de la Force aérienne, Philippe a rendu hommage à son père, qu'il a décrit comme étant "chaleureux et profondément humain, attentif et engagé dans l'exercice de (sa) responsabilité de chef de l'Etat".

"Avec sérénité, dignité et dévouement, vous avez accompagné le peuple belge en des temps parfois difficiles comme à des moments heureux et à une époque marquée par des changements profonds dans le monde. Nous vous en sommes reconnaissants."

Le souverain a assuré commencer son règne avec la volonté de se mettre au service de tous les Belges. "Je travaillerai pour cela en parfaite entente avec le gouvernement et dans le respect de la Constitution".

Lors de son allocution, Philippe a aussi repris les thèmes habituellement évoqués par son père tout en évoquant la réforme de l'Etat, qui entrevoit un transfert de compétences important aux entités fédérées.

"La richesse de notre pays et de notre système institutionnel réside notamment dans le fait que nous faisons de notre diversité une force (...) La force de la Belgique réside également dans ses entités fédérées. J'entends entretenir des contacts constructifs avec leurs responsables."

Les différences politiques entre la Flandre néerlandophone au nord et la Wallonie francophone au sud se sont répercutées dans le débat sur le futur roi bien avant qu’ Albert II n’abdique le 3 juillet.

Avant de signer le texte législatif, Albert II a rendu hommage à sa femme, la reine Paola, qui s’est mise à pleurer, et a encouragé ardemment son fils.

"Philippe, tu as toutes les qualités de cœur et d'intelligence pour servir notre pays. Nous avons pleine confiance en toi et en ta chère Mathilde."

Adeline Grosrenaud

Demandez un rappel